J'ai découvert Inka Essenhigh dans Vitamine P, et à New York, je suis tombé sur une de ses expositions personnelles. Autant dire qu'on a couru (admettons que j'exagère un peu...). L'expo était en fait assez petite, mais c'étaient toutes des toiles neuves, qui tranchaient avec ce que j'avais vu dans Vitamine P.

inka_1

Les toiles de Vitamine P étaient clairement de l'abstrait, légèrement figuratives dans la mesure où l'on repérait les sujets de base, mais le point de l'oeuvre était vraisemblablement la manière dont elles étaient traitées par l'artiste: une sorte de déconstruction, de désintégration du sujet, mais sur un mode organique, comme si le mouvement de déstructuration était naturel. Les nouvelles toiles mettent en scène ds sujets beaucoup plus présents, dans des postures anecdotiques qui vont du déconcertant à l'inquiétant.

inka_2

Les tons restent dans les pastels. Le mouvement, l'allant des toiles restent eux aussi des éléments majeurs de la peinture d'Inka Essenhigh. En plus, j'adore ce nom... Inka Essenhigh. Inka Essenhigh. Inka Essenhigh. :-)